Skip to content

Radio Radio et Bambara Trans à Jonquière

12 novembre 2010

 

Gabriel Malenfant de Radio Radio était en feu hier soir. (Photo: Katy Morin)

Radio Radio à Jonquière, c’est une valeur sûre. Un pari gagné d’avance, une soirée qui s’annonce déjà réussie. Mais quand on rajoute Bambara Trans au forfait, c’est un bonus qui ne se refuse définitivement pas.

 

19h30: Malenfant, Doucet et Bilodeau débarquent sur scène, avec pour seul instrument un MacBook Pro et des fringues qui, ma foi du bon Dieu, étaient beaucoup trop hipsters pour la ligue. Élégants, certes. Rien à voir avec leur musique un brin immature, diront certains.

Même si M’sieur Bilodeau était terriblement blasé – il n’avait pas envie d’être là et ça crevait les yeux- le spectacle était à la hauteur des attentes relativement élevées d’à peu près tout le monde qui était là hier.

 

C’est bien simple: ils ont enchaîné les hits en plus  d’essayer de charmer les filles. Et on n’en attendait pas davantage du trio. Mention spéciale à Guess What et Cargué dans ma chaise: les deux meilleures pièces du disque qui sont venus mettre le feu dans la place. Avant le rappel et Cliché Hot, il va sans dire.

 

 

Les étudiants étaient nombreux hier soir, pendant le spectacle de Radio Radio. Et je vous donne le défi de me trouver sur cette photo! (Photo: Katy Morin)

 

Mais c’est vraiment après l’entracte que le show a pris son envol, même si presque tout le monde avait sacré son camp après la première tune comme des enfants mal-élevés. « La musique d’africains, j’trippe pas ». Triste constat: les gens savent pas apprécier les vraies musique. Celle avec des instruments traditionnels.

 

Pourtant, ça valait la peine de rester, parce l’ambiance était tout simplement démente. Des Québécois qui imitent les danses marocaines devant les yeux des vrais africains, ça n’a pas de prix. Au fond, suffisait seulement de faire tomber ses barrières culturelles pour tripper hier soir. La salle au grand complet s’est prêtée au jeu, tout le monde était en transe. Comme quoi, c’est quand on s’attend à rien qu’on passe les plus belles soirées. Bambara Trans: c’est un nom à retenir. Que vous portiez des dreads ou non.

 

 

Khalil Abouabdelmajid est le chanteur de Bambara Trans (Photo: Katy Morin)


2 commentaires leave one →
  1. 12 novembre 2010 3:51

    Oh oui! Bambara Trans: j’ai rarement été aussi fatiguée de danser après un spectacle!

Trackbacks

  1. lacapitaleblogue.com | links for 2010-11-12

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :