Skip to content

Cinq questions indiscrètes à Karl Hardy

5 mars 2010
(Photo: N. Hardy)

Karl Hardy, c’est le gars à la personnalité flamboyante que vous avez connu à VJ Recherché cet automne. Depuis, sa page Facebook compte un nombre impressionnant de fans. Même s’il n’a pas gagné le poste de VJ, on peut vraiment dire que Karl a gagné l’affection du public. Et pour cause, parce qu’il est super attachant! Aujourd’hui, il répond à mes questions avec grande générosité.

1.On peut dire que tu ne fais pas l’unanimité. Comment réagis-tu aux gens qui avouent publiquement ne pas t’aimer?

Au départ, c’était difficile. Se retrouver du jour au lendemain à la télévision c’était bien sûr mon rêve, mais il y a des côtés positifs et négatifs. Lorsque j’ai lu les premiers commentaires négatifs sur mon blogue du site web de Musiqueplus, j’ai tout de suite compris que ma différence causait beaucoup de réactions. Heureusement je me suis tout de suite fait une carapace et je suis devenu beaucoup plus fort par la suite. Je me suis senti un instant comme à l’école secondaire et je n’ai pas voulu retomber dans ces moments qui ont été difficiles. Avec l’aide de l’équipe de production, nous avons pensé à des solutions et à des moyens pour que je sois heureux dans l’aventure et que je passe par dessus toutes les personnes qui n’étaient pas contentes de me voir à la télévision. J’ai su faire ma place, j’étais tout de même à la finale! La critique me donne de la force et m’a fait comprendre à quel point le métier sera difficile. Je suis différent : ça plaît à certaines personnes, ça déplaît plusieurs autres. C’est comme ça, c’est la vie.

2.Tu n’as pas honte de parler de ton orientation sexuelle. As-tu l’impression que l’homosexualité est encore tabou au Québec en 2010?

J’ai vécu un primaire et un secondaire très difficile. Lorsque j’ai décidé en secondaire 4 d’avouer mon homosexualité, j’ai découvert à quel point c’était beaucoup plus facile pour moi d’être heureux. J’ai passé des midis enfermé dans les toilettes, j’avais peur de me regarder dans le miroir et de voir des gens tellement je ne comprenais pas tout ce qui m’arrivait. Je suis comme ça et je ne peux rien y faire. Je me détestais, je ne comprenais pas toujours ce que les autres pensaient et je ne prenais pas ma place. Quand j’ai découvert le théâtre au milieu de mon secondaire, j’ai appris à prendre la parole et à dire aux autres ce que je pensais. Quand je suis tombé en amour pour la première fois, j’ai décidé qu’il était temps d’avouer à tout le monde autour de moi qui j’étais vraiment. À partir de ce moment-là, je n’avais plus de problème. Les gens se sont calmés.

Je n’ai pas pris le titre de « modèle » sur les épaules durant l’émission. Je représentais la différence au sein de l’équipe et j’en suis conscient, mais je ne pouvais pas dire que je représentais l’homosexualité au Québec. Plusieurs gays ne m’aimaient même pas! Il a été difficile de savoir à quel niveau je devais prendre ma place en tant qu’homosexuel à la télé : je me posais souvent la question si j’en faisais trop. On m’a souvent rassuré en me disant d’être moi-même et d’écouter mon coeur. C’est ce que j’ai fais et je ne le regrette pas du tout!

Je pensais que l’homosexualité était maintenant acceptée à travers le Québec et j’ai découvert qu’elle ne l’était pas pendant l’émission. J’ai reçu un bon nombre de commentaires méchants (et j’en reçois encore) concernant mon orientation sexuelle. Les gens ne sont pas encore habitués à être confronter à la différence. Il y a encore beaucoup de racisme aussi, c’est quelque chose qui me pue au nez. Même si on croit que tout est permis aujourd’hui, c’est le contraire. La bataille n’est pas gagnée. Je suis heureux d’avoir participer à cette bataille pendant plus de trois mois. Les gens qui ont suivit l’émission étaient confrontés à ma différence et ont appris à voir les côtés positifs de celle-ci.

(Photo: N. Hardy)

3.Comment ton entourage a réagit à ton succès?

Au Cégep, j’ai perdu la plupart de mes amis. Je me suis automatiquement fermer et j’ai pensé à mon succès en premier. C’était difficile d’aller à l’école en même temps : la plupart des étudiants écoutaient l’émission et jugeaient mes paroles. J’allais à mes cours et je ne restais plus au cégep pour voir ceux que j’aimais, j’étais très fatigué et j’avais souvent besoin de dormir. J’ai vécu trois mois intensément! Heureusement, avec le temps, j’ai réussi à rattraper le temps et à comprendre mes réactions. J’ai retrouvé les amis qui étaient pour moi importants. Ma mère et ses amies ont toujours été là derrière moi pour la publicité et étaient très contentes de me voir réussir aussi bien, mon frère était mon porte-parole à l’école secondaire… Imaginez, tout le monde lui demandait des détails croustillants sur l’Appart parce qu’ils pensaient qu’il savait tout! J’étais loin de ma famille pendant toute cette aventure, je les voyais à peine le vendredi soir parce que nous ne pouvions pas avoir de contact extérieur. Nous en avons parlé à la toute fin et nous nous sommes souvenus des meilleurs moments. J’ai réalisé à quel point j’ai vécu la plus belle expérience de ma vie.

4.Es-tu resté en contact avec les participants de VJ Recherché?

Plusieurs personnes sont restés dans ma vie!

Vous avez certainement pu constater que Fannie a été une complice très importante pour moi dans toute l’aventure. Nous nous sommes connus aux auditions en août et nous sommes restés très proches tout au long de l’émission. Nous nous voyons encore et nous nous appelons souvent afin de prendre de nos nouvelles! Je parle également à Tatiana fréquemment et nous avons encore la même complicité. J’ai aussi gardé contact avec Stéphanie. Même si au courant de l’émission il y a eu des moments difficiles avec d’autres candidats, je suis certain que si je croisais n’importe qui je pourrais avoir une bonne conversation avec cette personne. Nous avions tous le même rêve, la même envie d’apprendre et le même dynamisme. Certains ont pris des chemins différents, d’autres ont réfléchi et ont découverts qu’ils ne voulaient plus faire ça dans la vie. La plupart seront par contre dans vos télés dans les prochaines années! Nous avons tous une vie occupée, nous sommes tous dans des villes différentes… ça rend la communication un peu plus difficile, mais il y a toujours le iPhone pour tout ça! Une de mes bonnes amies qui est restée également est Joanie Duquette (qui était dans le top 25) et qui n’a pas fait son entrée dans l’Appart. Nous avons gardé contact, elle a fait tout mes messages publicitaires et nous nous voyons encore souvent pour aller danser dans les clubs! 🙂

5.Tu as été pressenti pour animer la prochaine saison d’Occupation Double. As-tu eu des nouvelles de l’équipe de production de l’émission?

Lorsque j’ai pensé à tout ça, je me suis vu animer cette émission et j’ai eu le goût de rire. Évidemment que je voudrais me retrouver à la barre de cette grosse équipe! Éric et Joël sont un peu des modèles pour moi, ils réussissent très bien et ils sont originaux. Ils ajoutent beaucoup de couleur aux Productions J et je trouve que c’est très important aujourd’hui d’avoir des hommes comme eux afin de changer l’opinion de ceux qui ont l’esprit fermé. Il y a toujours la chronique web et la tournée des auditions à travers le Québec! J’espère avoir ma chance 🙂 !

Karl Hardy, en rafale

Études : DEC en exploration théâtrale à St-Hyacinthe

Date de naissance : 20 février 1991 (maintenant, j’ai 19 ans!)

Originaire de : St-Raymond de Portneuf (même village que Luc Plamondon, Linda Lemay, Mike Gauthier..!)

Disque préféré : Les albums de Madonna ont une place dans mon coeur… j’oserais dire que mon album préféré de Madonna est American Life. Ces propos audacieux et sa différence ont conquis mon coeur. J’achète beaucoup trop de CDS! J’en ai des tonnes. Sans exagérer, je crois que j’en achète deux par semaine au moins. En ce moment, je suis encore dans ma folie Marie-Mai!

Film préféré : Le magnifique The Reader avec Kate Winslet! J’ai pleuré sur ce film comme je n’ai jamais pleurer dans toute ma vie.

Karl Hardy n’est peut être plus à Musique Plus, mais il est loin de chômer. Vous pouvez le suivre sur son blogue personnel, sur le site du magazine Urbain et sur Soundbeatmag. Tout ça, en plus d’aller à l’école à temps plein. Faut le faire!

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :